Rabiatou Njoya, est une Momafon, fille du sultan Seidou Njimoluh Njoya et de Mewouo Alima) née le 15 octobre 1945 et décédée le 9 avril 2021 à Foumban. Elle est connue pour sa fondation caritative et pour ses œuvres littéraires.

Elle a fait ses études primaires à Foumban, ensuite elle a continué le secondaire à Yaoundé où elle a obtenu son bac en 1966 au Lycée Général-Leclerc de Yaoundé, étant la première femme à avoir eu le bac dans le Noun. Pour ses études supérieures, elle part en Angleterre et en France, avec de nombreux stages partout dans le monde, entre autres en formation linguistique à l’université de Salamanque (Espagne), et en formation pour l’enseignement de l’anglais à Brooklyn (USA).

La princesse Rabiatou est professeure d’anglais et d’espagnol au lycée technique de Yaoundé, et elle a enseigné des cours d’anglais commerciaux au BTS. Ensuite, elle est professeure d’espagnol à l’École supérieure de Yaoundé (ENS) et professeure de formation bilingue à l’INSA et EMIAC. De 1981 à 2007, elle était directrice de communication au Conseil Supérieur du Sport en Afrique (CSSA). Elle a pris sa retraite en 2007.

Rabiatou Njoya est érigée Momafon (conseillère et cohéritière du roi) en 1992 par le 18e roi Bamoun, son frère Ibrahim Mbombo Njoya. Par la suite, elle a créé une fondation caritative qui a pour rôle de défendre la personnalité humaine. Elle écrit plusieurs œuvres poétiques et théâtrales, et elle est membre du réseau des femmes écrivains à partir de 1975. Elle est aussi active comme gestionnaire de la RCN (Radio Communautaire du Noun).

Elle meurt le 9 avril 2021 à Foumban.

La princesse Rabiatou a eu un prix au Caire (Égypte) en 1975. Elle a eu plusieurs reconnaissances, parmi lesquelles, en 1986 : Officier du mérite espagnol ; en 1994 : Officier de l’ordre du mérite camerounais ; et en 2006 : Chevalier de l’ordre de la valeur.

Sources : Wikipedia